Pourquoi le niveau d’anglais en France reste-t-il si bas ?

Pourquoi le niveau d’anglais en France reste-t-il si bas ?

La capacité à communiquer efficacement en anglais est aujourd’hui souvent considérée comme une composante essentielle de la réussite dans les entreprises internationales.

Mais pourquoi la France est-elle de plus en plus à la traîne ?

Selon la douzième édition de l’Indice de compétence en anglais, publiée en 2022, la France a obtenu un score très faible.

L’objectif du rapport d’Education First est d’évaluer le niveau de compétence en anglais à travers le monde.

La France a terminé loin dans les classements de l’UE, à la position 26 (sur 35) et 34e sur 111 au niveau mondial, juste au-dessus de l’Ukraine, le Bélarus, la Russie, la Moldavie, la Géorgie…

La justification culturelle est de mise

Niveau d'anglais des français très bas
Source : EF

Une maîtrise de la langue anglaise et une appréciation de l’histoire

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, la langue française est devenue la principale lingua franca utilisée dans la majeure partie de l’Europe.

C’était la langue utilisée dans la diplomatie et, par conséquent, la langue parlée par les personnes les plus haut placées dans la société.

Une langue qui jouit d’une grande estime, la langue la plus importante du monde.

Cependant, le pouvoir est éphémère et, dans le meilleur des cas, incohérent.

Au fil du temps, la dynamique du pouvoir se réorganise, tout comme les alliances dans les cours de récréation.

En outre, en 2022, la France n’a plus la prééminence linguistique qu’elle a eue.

La France, hantée par la fragilité de ce qu’elle a été, continue de s’accrocher aux vestiges du passé, et la compétence du pays en langue anglaise est entravée au niveau le plus fondamental.

Ci-dessous, l’étude pour la France faite par Education First

Les dangers de la mondialisation et de la langue anglaise


Comme aucune autre langue européenne ne peut l’être, la langue française est devenue une institution à part entière. Elle est l’héritage du peuple français, le fil conducteur de l’identité nationale française et le point focal du concept d'”homogénéité”.

La langue anglaise est le plus grand danger qui soit, c’est une chose toute-puissante qui fait peur parce qu’elle est omniprésente.

Le début de la mondialisation a également conduit à la montée de l’anglais en tant que langue prééminente dans le monde entier.

En conséquence, l’Académie française, créée en 1635, continue de préserver l’intégrité linguistique tout en mettant en garde avec véhémence contre l’introduction d’influences étrangères.

J’attire l’attention sur la liste récemment publiée des traductions françaises d’expressions anglaises fréquentes. L’attraction inexorable de la nécessité de préserver sa propre vie y est démontrée.

C’est pourquoi l’apprentissage de l’anglais, et a fortiori sa maîtrise, constitue la forme la plus grave de trahison.

C’est un signe de déloyauté, une rupture des relations linguistiques et la séparation de la langue maternelle de l’identité nationale.

C’est en tout cas la phrase que les chantres du prescriptivisme ont martelée dans la tête des Français.

La solution à ce problème est donc assez simple : La France doit cesser de se laisser aller à l’alarmisme institutionnel et accepter les exigences du changement linguistique.

Maîtrise de l’anglais et manque de confiance linguistique


Comme mentionné précédemment, la tendance à un prescriptivisme linguistique explicite et manifeste peut être observée en France.

La conformité est essentielle pour obtenir l’approbation sociale, mais la déviation entraîne simplement l’exclusion sociale.

Les attitudes linguistiques peuvent, dans une certaine mesure, conditionner la compétence linguistique et, par conséquent, jouer un rôle en influençant la réalisation de tâches linguistiques.

Ainsi, la prévalence de la tradition, également connue sous le nom de “bien usage”, produit un sentiment de malaise linguistique qui n’est qu’apparent.

Un sentiment de responsabilité, en quelque sorte.

Un sentiment de responsabilité selon lequel il est possible de s’améliorer. Et la peur d’enfreindre la loi nuit à la capacité d’une personne à communiquer efficacement en anglais.

En d’autres termes, la maîtrise de la langue anglaise souffre souvent d’un sentiment d’engagement excessif à l’égard de la norme linguistique.

Le rôle de l’éducation dans le niveau de maîtrise de l’anglais


L’éducation est, sans aucun doute, le facteur le plus important dans la détermination de la compétence en anglais. Pourtant, l’anglais est une matière à laquelle le système éducatif français accorde relativement peu d’attention.

En France, 42% des élèves intérrogés n’atteignent pas le niveau A2 en fin de terminale, selon un rapport publié en 2017 par la Commission européenne.

Comment est-ce possible ?

Pour mettre les choses en perspective :

Le niveau d’anglais des éducateurs est souvent inférieur à la norme.

  • Dans la plupart des cas, c’est le français et non l’anglais qui est utilisé comme moyen d’enseignement pour étudier l’anglais.
  • Les étudiants sont très peu exposés à la langue anglaise au cours d’une semaine normale.
  • Les institutions académiques françaises mettent davantage l’accent sur une grammaire correcte que sur une communication authentique, ce qui signifie que les travaux écrits traditionnels sont privilégiés par rapport au développement oral.
  • La majorité des enfants sont soumis à l’humiliation, à la frustration et aux moqueries pendant leur scolarité.
  • Faire une erreur est un sujet de moquerie, et essayer quelque chose juste pour le plaisir d’essayer est perçu comme une démonstration de faiblesse plutôt que de force.

Quelle est la part de responsabilité du politique ?

Le système politique français est plombé par la honte étouffante de l’incompétence linguistique, ce qui est un problème majeur.

Il est possible qu’il s’agisse d’une exagération de ma part, mais la thèse reste la même :

Les principales personnalités politiques françaises ne sont pas de fervents défenseurs de la maîtrise de l’anglais.

Lors d’un sommet infructueux de l’Union européenne à Bruxelles, le président français Jacques Chirac a organisé un débrayage pour protester contre l’utilisation de la langue anglaise.

Lors d’un échange tout aussi alambiqué avec Hillary Clinton, Nicolas Sarkozy a confondu la différence entre les termes “weather” et “time“.

François Hollande n’est pas mieux loti.

Dans une lettre de félicitations désormais célèbre adressée à Barack Obama après la victoire de ce dernier aux élections de 2012, il a terminé sa lettre par le mot “friendly“.

Néanmoins, il y a encore de l’espoir.

Il est possible que Macron soit le moment décisif ; il représente certainement une lueur d’optimisme linguistique pour la réputation vacillante de la France.

Finalement, parler anglais n’est pas tant méprisé que redouté.

La défense de l’importance internationale de la langue française est une constante sur la scène politique française.

Qu’est-ce qui fait que la France est à la traîne par rapport à d’autres pays ?

L’insuffisance de la langue n’est, à mon avis, rien d’autre qu’une excuse pour la richesse de l’histoire culturelle de la France.

Une complaisance du type “on ne nous fera pas bouger“, voire une volonté résolue de ne pas céder à la tentation du repli. Une crise de colère sans fin provoquée par un esprit borné ?

Et si c’était le stéréotype qui était en cause, plus que les Français eux-mêmes ?

Il n’y a rien de plus profondément nuisible que la répétition constante d’un mantra de haine de soi basé sur l’insuffisance, tel que “les Français ne valent rien en anglais“.

Alors, quel est exactement le secret ? Est-ce le renforcement positif ?

Si tes attentes sont faibles, tes performances en pâtiront, mais si tes attentes sont élevées, tes performances s’amélioreront.

En fin de compte, même une petite dose de conviction peut te mener très loin.

La solution

Que tu sois étudiant, élève ou professionnel, si tu es ou a été victime du système de l’éducation nationale et qu’aujourd’hui ton niveau d’anglaise se résume à “Hello, my name is Jean jacques”, c’est très triste car tu as subi de plein fouet la médiocrité du système.

Rassure-toi, ce n’est pas une fatalité, et il est tout à fait possible de devenir bilingue, même à des âges avancés. N’oublie pas que le cerveau est un organe magnifiquement bien conçu.

Si tu as besoin de donner un grand coup de fouet à ton anglais, je peux t’aider avec des cours d’anglais adaptés et adaptatifs à ton niveau. Je suis spécialisé dans les examens, donc si tu as besoin de justifier d’un niveau je peux te conseiller et te préparer !

🤞 Ne manque pas ta chance de booster ton niveau d'anglais, pour enfin te débarrasser du French syndrome et donner un énorme coup de pouce à ta vie pro et perso !

Je ne spam pas ! Consulte mes politiques de confidentialité pour plus d’informations.